Comment bien commencer toutes les journées de votre vie

Ah, le réveil, premier traumatisme de la journée pour bien des gens. Vous êtes dans les bras de Morphée, confortablement blotti dans votre couette douillette, votre inconscient s’apprête dans votre rêve à vous révéler le secret du Nirvana, et d’un coup paf ! Un hurlement strident vous agresse sans préparation et vous prive du meilleur moment du dit rêve. Malgré vos tentatives de vocifération, le brailleur satanique refuse obstinément de se taire. D’autant que la veille, dans un élan de masochisme(1) envers votre vous-même futur (celui du matin, donc), vous avez placé l’engin infernal volontairement trop loin pour être éteint depuis votre lit, de peur de vous rendormir sans avoir goûté à la joie de la sortie dans le froid gris jusqu’à l’entassement dans le métro bondé le plus proche(2).

Cette agression gratuite est d’autant plus pénible que c’est vous qui vous l’infligez, seul(e), comme un cuisant rappel d’un statut d’esclave dans lequel vous vous enfermez et qui décrète que même la liberté de sommeil vous est retirée.

Comme d’habitude, commençons par tenter de briser quelques idées reçues.

Primo, le sommeil est un état normal et naturel du corps qui lui permet de se reposer, et dont la durée est entre autres fonction de l’individu et de son état de fatigue. « Sans blagues ? Oh là là on en apprend des choses en lisant ton blog ». Bien, vous faites les malins. Dans ce cas, pouvez-vous m’expliquer pourquoi, comme tout le monde, vous encensez les lèves-tôt et prenez les lève-tard pour des fainéants ? Vous sentez-vous coupables lorsque vous dormez longtemps ? Je veux bien concevoir qu’on mange sans faim ou boive sans soif, mais vous arrivez à vous forcer à dormir, vous ? Traîner au lit éveillé mais sans rien faire est une chose. Mais le sommeil est tout de même vachtement hors du champ de la volonté pour le commun des mortels. Mettons que vous ayez besoin de huit heures de sommeil. La société, votre père, votre patron, l’armée(3) même considérera que vous êtes « courageux » si vous dormez vos huit heures mettons de 21h à 5 heures du mat’, tant il est vrai que le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt ; tandis que si vous accomplissez de grandes choses jusqu’à 3 heures et vous réveillez à 11… Inutile de vous faire un dessin.

J’aimerais donc qu’à partir de maintenant, vous considériez votre sommeil comme normal et sain, et que si vous dormez plus longtemps que d’habitude, c’est que vous avez besoin de plus de sommeil, point(4). Non, on n’est pas ici pour se laisser dicter des atavismes par le bruit ambiant.

Partant de là, le concept de réveil-matin commence à révéler son aspect contre-nature. « Oui, mais il y a les obligations. » OK, ce n’est pas forcément faux. Mais d’abord, il faut que vous fassiez suffisamment respecter votre personne pour que votre patron ou je ne sais qui « accepte » (un tel niveau de rapport des forces me semble anormal, notez-bien) un minimum de flou dans vos horaires (disons une fourchette d’une heure ; ça fait une grosse variation, déjà, même si vous ne vous en rendez pas encore compte). Si vous voulez absolument garder un repère extérieur et passer à plus de douceur, je vous conseille l’acquisition d’un simulateur d’aube, qui vous sortira lentement de votre douce torpeur en 20 minutes, augmentant progressivement la lumière ambiante tout en faisant doucement monter un bruit agréable de type pépiement d’oiseaux et stridulation des grillons, ou bien le tendre écoulement du ruisseau le long des cailloux joyeusement déposés le long de son lit.(5)

Mais ma solution est bien plus radicale que ça. Cela fait tout simplement des années que je ne mets plus aucun réveil. Voilà, c’est tout. Vous avez le secret promis dans le titre de cet article.

Je vous vois lever un sourcil incrédule à la lecture de cette simple phrase. Pour tant, le réveil-matin n’est pas indispensable, même si vous exercez – pour l’instant, car vous avez aussi d’autres projets(6) – une activité salariée. Et ne résistez pas comme ça, j’en ai convaincu de plus stressé(e)s que vous, dans la vraie vie. Votre corps est bardé de capacités merveilleuses(7) issue de plus de 3 milliards d’années de boulot de Mère Nature, et l’une d’entre elle est couramment dénommée par le vulgaire « horloge biologique ». C’est celle qui vous dit, par l’intermédiaire de votre estomac, qu’il est probablement l’heure à laquelle vous mangez d’habitude, sans que vous ne regardiez votre montre(8). C’est aussi celle qui va caler votre sortie de sommeil. Et le jour où vous serez crevé, peut-être (ou pas, cela dépend des gens) déborderez-vous d’une demi-heure.  And so what ? Si vous ne pointez pas à l’usine ou n’avez pas qu’un train par tranche de deux heures, prenez de la distance, les conséquences ne sont pas celles que vous croyez.

Si vous êtes stressés, vous lancer sera pénible… Mais très facile ! La première fois que vous ne programmerez pas de sonnerie une veille de boulot, vous aller probablement vous réveiller cinq fois dans la nuit pour regarder l’heure. Vous ne manquerez pas le lever… Ça vous fatiguera peut-être un brin, mais au fur et à mesure, vous vous déstresserez et vous aurez même une idée de l’heure lorsque vous ouvrirez l’œil. Vous serez en effet connecté à Mère Nature précédemment citée, et un filet de lumière sous les volets ne vous dira pas la même chose en hiver et en été (Il est d’ailleurs étonnant de constater qu’on s’est remis en phase avec les saisons là-dessus). Aller, la première fois, mettez un réveil symbolique, disons deux heures trop tard, juste pour vous rassurer.

Le bénéfice est tout de même énorme. Plus jamais de journée commençant par une agression et des palpitations, ça ne vous donne pas envie ?

Petite anecdote : il y a quelques jours, pour d’obscures raisons aéroportuaires, j’avais réglé –  chose rarissime – mon téléphone de manière à ce qu’il sonne à 4h45. Eh bien figurez-vous que je me suis réveillé 5 minutes avant, sans m’être couché plus tôt, ni quoi que ce soit du genre.

Quel est votre relation au réveil et au début de journée ?


(1) Notez que si le masochisme est autorisé dans notre constitution, qui s’appuie sur la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, il semble carrément être encouragé chez nos amis d’outre-manche, comme le prouve cette vidéo d’une invention que je vous déconseille pour ma part d’utiliser en guise de réveil-matin. Dieu qu’Albion est perfide.

(2) Notez que je ne prends jamais plus non plus les transports en commun bondés, pas plus que la voiture, et je ne bosse pas à côté. Je vous en parlerai prochainement.

(3) Oui, étant né en 1973, j’ai fait mon service militaire, et je vous informe que l’armée est un contexte dans lequel on se lève tôt (pour ne rien faire ; on se dépêche d’attendre, quoi) mais où l’on peut se coucher à 19 heures sans passer pour une larve.

(4) A moins que vous ne soyez atteint de catalepsie léthargique – je connais un cas – et là ça sort de mon domaine de compétence, force m’est de vous le concéder.

(5) Excusez cette envolée lyrique d’une rare mollesse, mais j’adore tout ce qui est baba cool décalé.

(6) Sinon, je vais me charger de vous en proposer dans de prochains articles.

(7) Il est par exemple capable de vous indiquer quelle quantité et quelles qualités d’aliments vous devez ingurgiter, ce qui sera le thème d’un prochain billet de la section sur le corps.

(8) Et vous ne vous plantez pas de 3 heures dans cette estimation en général, à ce que je sache.

15 réflexions sur “Comment bien commencer toutes les journées de votre vie”

  1. Excellent article.
    Étant très attentif à mon rythme cyrcadien, je pense que je tester très prochainement ton conseil du sans « dring-dring c’est l’heure de se lever » :)
    À quand le jour où nous suivrons enfin les besoins de notre corps plutôt que l’heure inscrite sur nos montres ?
    NB : J’ai eu un petit soucis avec le bouton pour tweeter l’article. Il semblerait que le lien généré ne marche pas.

  2. Merci Nico. N’hésite pas à nous raconter si tout se met en place en terme de réveil naturel chez toi.

    Mince, soit mon plugin est foireux, soit c’est ma configuration Tweeter qui ne va pas. Il faut que je planche là-dessus ! Merci pour l’info.

  3. Article très sympa.
    J’avoue que ça donne bien envie de se lancer, surtout qu’en ce moment j’ai un boss pas trop regardant sur les retards (occasionnels) !
    Par contre pas sur que ça marche lorsqu’on bousille complètement son horloge biologique la veille au soir (qui a dit grosse cuite ?) !

     

    1. Lance-toi, dans ce cas ! Pour moi, ça marche pas mal, même après une soirée un peu décalée… Bon, si tu te couches torché à 6h du mat, il y a des chances néanmoins pour que tu accuses tes 2 heures de retard, pas de miracle non plus. Mais en semaine avec un bon coup dans le nez et couché entre 2 et 3 heures du mat, en gros je me réveille, mettons entre un quart d’heure et une demi-heure plus tard que ma moyenne. :)

  4. La plupart du temps, je suis réveillé avant le réveil. D’autres fois non. Curieusement, les fois où j’ai dû me lever très tôt (dans les 5h du matin), je n’étais pas forcément crevé, et parfois réveillé avant que ça sonne.
    Par contre, je n’admire pas les bourreaux de travail qui se prennent pour des héros et veulent vous culpabiliser parce vous n’avez pas renié votre vie sociale. Comment ça, je suis cynique ?

  5. Bonjour, suite à votre message privé sur twitter, j’ai décidé de regarder vos écrits qui m’ont l’air intéressant, instructif, le tout relevé d’humour et d’un riche vocabulaire.
    C’est bien mené, alors je m’inscris à votre newsletter et je continue de vous suivre sur Twitter :).

  6. bonjour tout le monde,
     
    Cet article m’a fait un bien fou (j’aime la folie équilibrée)
    Car toute la période scolaire fut une torture et une de ces valeurs négatives résidait dans l’incompatibilité de mes heures de sommeil (16h au lieu des 12h tolérée)
    Pour enfoncer le clou, l’hyperactivité qui explique justement ces 16h de recharge énergétiques, survenaient toujours vers 15h de l’après-midi.
     
    Le résultat de cette opération est d’une simplicité aberrante.
    Oui messieurs-dames les adultes, je cogite mieux la nuit.
    Non messieurs-dames les adultes, ça ne se dompte pas sans séquelles si il y’ a une prise de drogue, médicaments.
     
    Choc des différences = bien souvent l’indifférence.
    Le bonus ? Les cours magistraux dès 07H du matin.
     
    Merci pour cet article et vos témoignages

    1. La folie équilibrée… Quel doux vocable, je l’achète sans hésiter ! :)

      Mener une vie en respectant son propre corps n’est pas toujours, visiblement, compatible avec la collectivité. Je le savais déjà (c’est une litote) en ce qui concerne les aspirations de l’esprit, celles du corps peuvent apparemment être encore plus problématiques (c’est quelqu’un qui fonctionne la nuit et pas le matin qui te le dis).

      Enfin, devoir user d’amphétamines et autres saloperies du même acabit pour pouvoir se mêler au monde, c’est dramatique. Je doute avoir la place de traiter ce concept dans un commentaire, mais c’est un début de témoignage très important que tu nous livres là.

      Merci pour ce commentaire.

      Matt a posté dernièrement Les 5 résolutions qui construiront votre personne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ici, seuls les humains commentent, pas les robots ! Merci de répondre à cette simple question : *

CommentLuv badge