Résolutions

Ma résolution porte ton nom

RésolutionsFaire comme tout le monde pour faire comme tout le monde, on est tous d’accord, c’est gland. Mais que penser de ces courants post-adolescents de gens qui se réunissent pour systématiquement faire l’inverse du « mainstream » en se croyant supérieurs et imprévisibles ? Je vous laisse vous faire votre opinion. Tout ça pour dire qu’il et de bon ton, dans la « communauté » du « développement personnel » (oui, je suis très guillemets aujourd’hui) de conspuer le concept de « résolutions pour la nouvelle année ».

En effet, établir une liste de résolutions « parce que c’est le moment », dressant l’inventaire des promesses d’ivrogne qu’une bonne conscience moribonde réveille une fois par an en sortie de nuit champagnisée passée à envoyer des cotillons dans le verre de Gérard et à souffler sa langue de belle-mère dans l’oreille de Stéphanie avec un chapeau pointu sur la tête, ce n’est pas nécessairement ce qu’on a connu de plus constructif. Ca finit généralement par des grandes décisions du genre « j’irai à la piscine une fois par semaine » et autres « cette année, c’est décidé, je garderai mon bureau toujours rangé », dont la mise en application volontaire la première semaine de janvier tend à s’étioler mollement jusqu’à disparaître totalement début février.

De même, utiliser la nouvelle année ou la rentrée comme délicieux moyen de procrastination procède d’une démarche au bénéfice douteux pour l’humain. Non, ne niez pas, c’est courant. « Il faudrait que… », « non mais l’hiver, c’est dur », « attendez, ce sont les beaux jours, je souffle un peu, je profite des premiers pique-niques » (ce qui est d’ailleurs une excellente idée), « bon en ce moment il y a tous les ponts »,  » là ce sont les vacances, je m’y mets à la rentrée » (premier prétexte) ; parfois, il se passe quelque chose vers la dite rentrée, puis « l’automne est un peu déprimant », « il y a du boulot », « avec l’humidité on est patraque, c’est ma seconde grippe du mois », « à présent ce sont les fêtes de Noël en famille », « ce sera ma résolution pour janvier » (Paf ! second prétexte). Et c’est reparti pour un tour, avec donc deux périodes dans lesquelles on démarre un bout de projet (apprendre à faire des cendrier en rotin, écrire la formidable généalogie de la famille dugenou, se mettre au moldave septentrional, etc.)Nouvel an

Mais est-ce une raison valable pour refuser de se fixer un objectif sous prétexte que c’est la saison des châtaignes ? Non, il ne faut pas attendre la fin d’année pour choisir sa vie et réaliser ses rêves (à ce propos, il faudrait que nous discutions de la confusion qui règne couramment entre rêves et projets ; d’ailleurs, n’eût-ce été pour éviter une désagréable répétition, c’est plutôt ce dernier que j’aurais employé ici). Non, il ne faut pas dresser une liste de résolution « parce que les autres le font ». Mais si c’est un moment ou vous soufflez, si le contact ponctuel à votre famille vous ramène à vous-même, si l’ambiance joyeuse vous amène à faire sainement le point, est-ce parce que c’est « à la mode » en développement personnel de ne pas faire de résolutions pour l’année (d’autant qu’un an est un horizon relativement intéressant pour nombre de projections) que vous devez remettre à demain vos auto-engagements ? Des conseils à la mode et à la con, il y en a plein les sites bien-pensants

Si vous fonctionnez comme ça (ce qui n’est pas nécessairement mon cas), faites le bilan de vos résolutions de l’année passée puis dressez votre plan pour l’année à venir. Sinon, ne vous forcez pas, il y a d’autres moyens d’avancer (on en rediscutera). Ne vous laissez dicter ce que vous devez faire ni par les « pour tout » ni par les « contre tout » – car ce sont les mêmes – réfléchissez par vous-même et passez d’excellentes fêtes de fin d’année, de la part de toute l’équipe d’Acide Ici (ça claque plus que d’avouer que je suis le seul auteur de ce blog, non ?). :)

2 réflexions sur “Ma résolution porte ton nom”

  1. C’est vrai qu’on avait bien rigolé avec les cotillons dans le verre de GéGé (alias Gérard), j’en pouffe encore (je ne parle pas de Stéphanie, mauvaises langues!). D’ailleurs, c’est grace à lui que j’ai tenu ma seule bonne résolution de 2011, sacré Gégé. En effet, avant la fin de l’année, j’avais listé tous mes projets de résolutions. Enfin, un peu avant la fin. Enfin, le soir du 31, un peu avant minuit, quand Gérard commençait à s’énerver à cause des cotillons. Je lui ai dit: « Gérard, c’est promis, l’année prochaine je prends la résolution de ne plus te mettre de cotillons dans ton champagne! » Eh là!, Vlan tout le sac dans son verre que je lui ai mis!!! Qu’est ce qu’on a rigolé….. Pas Gérard, il m’en a mis une, je lui en ai mis deux, on s’est battu, on s’est fâché….. Jamais revu le Gérard. Aucune chance que je passe le réveillon avec lui. Chouette ma résolution est tenue!
    Mon seul regret c’est de ne pas avoir senti venir la tendance, de l’antinéorésolutionnismesanctosylvestrien. Trop nul…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ici, seuls les humains commentent, pas les robots ! Merci de répondre à cette simple question : *

CommentLuv badge