Acide Ici > Chroniques acides > Vie extérieure > Le nerf de la guerre > Enrichissez-vous par le vide
2 – Comment

Enrichissez-vous par le vide
2 – Comment

Vide et calme de l'espritSuite au premier article sur le sujet, vous êtes à présent convaincu de la nécessité de faire du vide chez vous. Maintenant, agissez, bande de larves apathiques dont l’accroche veule à un écran informatique n’est pas sans rappeler l’âpreté sourde(1) qu’a l’huître à rester accrochée à son rocher(2) ! Voici quelques réflexions pour vous aider dans votre démarche.

A présent, votre bordel est rangé...

A présent, votre bordel est rangé…

Phase 1 : Rangez

Pour comparer les valeurs de vos objets, détecter les doublons, voir clair dans votre démarche, il vous faut assembler ce qui se ressemble, classer de manière thématique, bref, vous offrir un bon rangement. Celui-ci fera d’ailleurs apparaître de lui-même une première vague d’objets vils dont vous vous débarrasserez sans remord. C’est le moment, grâce à ce regroupement thématique, de vous rendre compte que vous avez le rapport 1967 de la cour des comptes en triple exemplaires, ainsi que 8 décapsuleurs publicitaires aux couleurs d’un soda nocif pour votre santé. Tirez-en les conclusions qui s’imposent.

Un second principe-guide de cette première étape : une pièce doit avoir sa fonction unique en règle générale. Si vous devez stocker (ou si vous stockez avec un naturel désarmant) vos slips dans la cuisine et vos gadgets électroniques aux toilettes, il y a un problème. Le classement doit être thématique, les pièces aussi…

Ce rangement est une première étape vers la zénitude. C’est un bordélique qui vous le dit.

Si nécessaire, pour faire émerger l’ordre du chaos, achetez des boîtes de rangement chez IKEA(3), Castorama ou n’importe quel autre magasin du genre, je n’ai pas d’action chez eux.

Phase 2 : Triez

C’est là que les Athéniens s’atteignirent, que les Perses se percèrent, que les Satrapes s’attrapèrent et que les Mèdes s’…, enfin, bref : il va falloir décider de la destinée de tout ce bazar. Pas de méthode miracle, mais je vous propose quelques guides de mon cru pour vous aider dans cette exploration.

... Et trié...

… Et trié…

Pour tous les articles, commencez par vous demander si vous vous souveniez activement (i.e. avant de n’être tombé dessus) que vous le possédiez. Déterminez ensuite le temps depuis dernière utilisation de la chose, le nombre de fois que ça a servi ces deux dernières années (hint : si la réponse est « zéro », il va falloir regarder les choses en face…), la probabilité d’usage prochain, le prix neuf, la valeur de cette occasion et la place physique qu’elle occupe chez vous.

Sauf exception dûment justifiée, sacrifions à la société de consommation : si c’est cassé, abîmé, déchiré ou troué pour les vêtements : out, dans la pile de ce qui se barre, case « jeter » ou « recyclage ».

Ensuite, les biens peuvent être divisés en pas mal de catégories :

  • Utilitaires : cela sert-il vraiment à quelque chose dans la vraie vie ? Sa fonction est-elle remplie par plusieurs objets, est-il en doublon ?
  • Culturel : le bien véhicule-t-il de l’information ou bien procède-t-il de la démarche artistique ?
    • S’il contient de l’information : est-elle à jour ? Est-elle  retrouvable aisément (sur le net par exemple) ? Sont-ce vos cours de je ne sais quoi d’il y a 20 ans que vous n’avez jamais relu ?
    • S’il appartient au domaine artistique : vous plait-il toujours ? Par exemple, si c’est un livre : le relirez-vous ? Est-il rare, disponible en bibliothèque ou sur le net ? Quelle valeur accordez-vous au fait de l’avoir en version papier ? Est-ce une belle édition ? Êtes-vous heureux qu’il soit chez vous, sa possession et sa mise en valeur dans votre intérieur vous définissent-elles ? Pouvez-vous le mettre en vue ou sera-t-il seulement caché derrière une autre rangée de  livres ?
  • De valeur sentimentale : sa présence vous aide-t-elle ou vous freine-t-elle ? S’agit-il d’un souvenir lointain ? Est-ce le seul souvenir de cette personne, de cette période, de cet épisode ou bien en avez-vous une tripotée ? L’objet est-il spécifiquement symbolique de la personne ou de l’époque ?
  • Vêtement : Nous traiterons ça plus en détail ultérieurement, mais si vous n’êtes pas fier de l’avoir, si ça ne vous va plus, si vous ne l’avez pas mis ces douze derniers mois, si c’est abîmé ou si vous avez plus de dix pièces remplissant la même fonction (t-shirts élégants par exemple) : du vent.
  • Meuble : Répond-il à un besoin, et ce besoin est-il unique ? Si oui, est-il fonctionnel, efficace, remplit-il l’espace correctement ? S’il a tout ceci : est-il beau ?
  • Objet technologique : s’il n’est pas utilisé actuellement, vendez-le au plus vite, il se déprécie bien trop rapidement. Il sera temps de racheter quelque chose le jour où vous en aurez de nouveau besoin.
  • Esthétique : à vous de voir. Attention tout de même à la déco excessive…
  • Consommable : virez-moi immédiatement ces 18 bouts de savon et ces 7 fonds de shampoing.
  • Les papiers administratifs variés : si vous ne les rangez pas correctement, dans des boîtes à dossier faites pour, étiquetés et tout : ça ne sert à rien car vous ne les retrouverez pas lorsque vous en aurez besoin. Classez. Et virez ce qui est périmé : savoir que dans la boîte que vous avez quitté vous aviez droit au voyage CE d’il y a deux ans, on s’en fout.
  • Dans ce genre d’idée : la pile des papiers à traiter un jour. TRAITEZ-MOI ÇA TOUT DE SUITE OU BALANCEZ !
  • Petit aparté sur le cas des cadeaux inutiles dont vous n’osez pas vous débarrasser : objectivement, la personne qui vous a offert la « chose » peut-elle se rendre compte de votre indélicatesse ? La voyez-vous souvent ? Vient-elle chez vous ? S’il s’agit d’une œuvre : l’avez-vous déjà vue/lu/whatever ? Pouvez-vous en parler ? L’objet peut-il avoir été abîmé et donc jeté ? Bref, essayons de désacraliser le cadeau.
  • Enfin, les objets liés à vos activités favorites, à vos passions : ça ne rentre pas dans le déblaiement.

Toutes ces petites questions ont pour but de vous donner un point de référence un peu formalisé pour vous permettre de constater quels objets devrait de manière objective faire un tour loin de chez vous pour voir si vous y êtes.

Phase 3 : Vendez, donnez, jetez

En fonction de la valeur potentielle pour d’autres personnes des objets sélectionnés pour le classement vertical, vous avez plusieurs options.

... Maintenant, vous allez pouvoir vous en débarasser.

…  Vous allez pouvoir vous en débarasser.

Vendez

Vous avez estimé sur une base objective que cet objet pouvait intéresser d’autres personnes (bien ni trop spécifique, ni obsolète, ni en mauvais état, …), qu’il avait une valeur marchande d’occasion raisonnable (comparez avec le prix du neuf, le net regorge de comparateurs de prix ; vous pouvez aussi chercher si ce type d’objet se vend d’occasion), que la valeur que vous en tirerez est supérieur à la valeur du temps que vous allez passer à le vendre(4) ? Si les indicateurs sont au vert pour la vente, allons-y. Je ne vais pas vous apprendre l’existence d’ebay. Attention à ne pas sous-estimer le temps nécessaire à la gestion de ce type de vente. Attention aussi aux aléas des enchères sur le prix si vous êtes sur un objet ayant une certaine valeur marchande. Pour ma part, j’aime bien le site de petites annonces qui monte : le bon coin. Pour les conseils de vente (belles photos, titre clair, tout ça), je vous laisse effectuer vos recherches.

Donnez

Lorsque l’objet peut peut-être intéresser des gens mais que sa vente est peu probable, non rentable ou que vous vous sentez d’humeur généreuse (ce n’est pas du tout une honte), passez au don. Tout d’abord, peut-être cette console de jeux d’il y a dix-sept ans à laquelle vous n’avez jamais touché peut-elle intéresser un ami geek collectionneur ? Ensuite, plusieurs sites proposent le don comme alternative aux dérives de la société de consommation. En ce qui me concerne, j’ai eu recours à recup.net. Le principe en est intéressant, mais je vous conseille de regrouper au maximum les rendez-vous pour ne pas y passer trop de temps. Soyez clairs aussi dans l’annonce : l’objet est à venir chercher (préciser le coin), la plage horaire est celle-là (si le preneur ne peut pas, tant pis pour lui), et vous exigez un numéro de téléphone. Regroupez le don de tous vos objets sur une plage de 2 heures. Sinon, vous perdez du temps à donner gracieusement, et vous seriez surpris de constater le culot de certaines personnes qui sont prêtes à exiger que vous alliez faire la queue à la poste pour leur envoyer de l’autre côté de la mer de volumineux bouquins pour lesquels vous seriez censé payer des frais de port. Et puisqu’on en est aux surprises, proposez un Quid 1984 ou des énoncés de concours d’entrée n’importe où d’il y a vingt ans et comptez le nombre de gens intéressés(5).

Enfin, pensez aux associations caritatives. Les chiffoniers d’Emmaüs recyclent les vêtements, meubles ainsi qu’appareils électriques et électroniques afin d’obtenir de l’argent pour leurs œuvres, et ce faisant donne de l’emploi à des sans-abris. De la même manière, vous pourrez trouver sur le site lerelais.org l’emplacement du conteneur de vêtements le plus proche de chez vous. Les petites sœurs des pauvres récupèrent des vêtements, des vieux jouets et autres objets susceptibles d’être vendus lors de leurs journées de vente. Je ne vous parle que des associations auxquelles j’ai déjà donné, mais ce n’est pas limitatif…

Jetez

Tout le reste !

Phase 4 : compactez

Une fois que vous avez débarrassé votre appartement du superflu, vous pouvez réfléchir à l’étape advanced. L’idée est, lorsque cela est possible, de remplacer des objets volumineux par des plus petits, et une multitude par un seul. Je vous livre quelques exemples qui me viennent, mais c’est surtout la démarche qu’il faut retenir.

  • Vous n’êtes pas un geek, ni un spécialiste du son(6), et vous avez une approche de l’audio-visuel assez pragmatique. Dans ce cas, vous pouvez penser à revendre votre vieille chaîne hifi, votre télé, votre petit home-cinéma et votre PC, qui font multi-emploi, et remplacer le tout par un petit barebone ou un mini mac connecté à un grand moniteur et des enceintes sympa. Vous pourrez avec le même petit appareil surfer, écouter vous CD et mp3, regarder vos DVD et films téléchargés dans la plus stricte légalité chère à notre commission HADOPI, et même faire des jeux vidéos(7) le tout sur un environnement élégant, intégré et ne prenant pas de place. Bref, utilisez la convergence numérique à votre avantage.
  • Vous aimez cuisiner et vous avec plusieurs petits appareils pour hacher, émincer, mixer, centrifuger, trucmucher, machin-choser : revendez le tout et achetez-vous un beau robot multifonction high-level.
  • J’ai un certain nombre de pédales d’effets pour ma guitare. Certaines sont d’un haut niveau et ne se remplacent pas comme ça, d’autres sont quelconques et pourraient avantageusement être revendues au profit d’un multi-effets de qualité, aisé à utiliser, à ranger, à transporter, avec une seule alimentation et un seul câble qui en ressort : c’est ce vers quoi je me dirige.
  • Vous empilez des bibliothèques de récupérations à plusieurs endroits de votre home sweet home alors que l’espace n’est pas utilisé de manière optimale : construisez-vous des étagères des bonnes dimensions, montant jusqu’au plafond, logeant exactement là où cela vous va le mieux.
  • Vos DVD et CD remplissent une bibliothèque complète à eux seuls : débarrassez-vous des boitiers, n’en gardez que la galette et la jaquette et stockez le tout dans des rangements type 400 CD de 15 cm d’épaisseur. J’en ai acheté deux, j’en suis ravi. Non, je ne touche rien sur ce produit non plus.
  • Vos CD gravés, films non impérissables, …. : achetez un gros disque dur (on en est à 2 To pour pas cher à l’heure où j’écris ces lignes), voire plusieurs, ça ne prend presque pas de place, transférez tout, jetez les supports physiques et utilisez un dock d’accueil pour vos disques durs que vous stockerez tranquillement dans un tiroir.

Bref, vous avez compris la démarche. Repérez les doublons en terme de fonctions, les espaces mal utilisés, les objets contenant une information qui seule est importante (pas les beaux bouquins, par exemple, mais l’information numérique) et dématérialisez-en le contenu, etc.

Et après : il y a une vie après le nettoyage de printemps

Une fois cette démarche mise en œuvre, vous aurez changé votre relation à l’objet, et surtout à la notion de possession. Vous éviterez d’acheter des choses inutiles. Vous envisagerez de louer ce qui ne sert que ponctuellement, comme moi avec les voitures. Petit test de changement d’esprit : soit un machin coûtant 200 € à la location un week-end (je ne sais pas, moi, de l’outillage spécifique pour refaire votre salon par exemple) et 500 € à l’achat, sachant qu’a priori vous ne l’utiliserez qu’une fois, ou alors que la seconde fois risque d’être dans dix ans, qu’il encombre (au prix du mètre carré), qu’il sera détérioré et dépassé dans les dix ans en question, et que tout nécessite de l’entretien pour résister au temps, vous préférez l’acheter ou le louer ? Si vous le louez, ça y est, vous avez changé d’état d’esprit, et vous savez correctement compter.

Mais surtout, comprendre que l’on peut s’enrichir par le vide et que « less is more », c’est un mode de pensée. Dans les prochains articles de cette série, nous tenterons d’examiner comment cette « philosophie » peut s’étendre à des petits points de la vie courante, à la vie sociale, à vos dépenses, à votre garde-robe… Et à tous les exemples dont vous allez me parler en commentaire.

Souvenez-vous :

La simplicité est la sophistication suprême.

Léonard de Vinci


(1) Et pourquoi une âpreté n’aurait-elle pas autant le droit à la surdité que n’importe quelle citoyen ?

(2) Ce coup de semonce m’est entre autres destiné, même si j’ai déjà mené une bonne partie du processus…

(3) Ceci n’est pas un lien d’affiliation, IKEA ne me reversera rien si vous leur commandez des boîboites…

(4) Si vous êtes capable de bosser une heure pour gagner 5 € frais déduits, quittez ce blog immédiatement.

(5) D’ailleurs, je me demande si certaines personnes ne seraient pas intéressées par principe par n’importe quoi du moment que c’est gratuit.

(6) Dans mon cas, cet exemple doit être adapté, puisque je suis musicien – enfin, amateur. Mais l’idée générale est là.

(7) Je vous rappelle que c’est mal.

13 commentaires

  1. C’est décidément la mode sur la blogosphère en ce moment , la simplification …
    Mais très bonne démarche  qui abouti sur plus
    Plus d’espace, plus de vie, plus de temps
    Je l’ai entreprise il y a 7 ans, passée en mode accélérée il y a 4 ans et toujours vigilante .
    Simplifions nous la vie !
     
    Bizzronrons de Miaou
    http://www.miaouzdays.com et http://www.mincejesuigourmande.com
     

    • Matt dit :

      Oui, en rédigeant cet article, je suis tombé sur cette mode de billets concernant le minimalisme. Une new wave zen, quoi… ;)
      Mais cela correspond chez moi à un vrai besoin (comme je l’ai indiqué dans le numéro 1), et à une vraie projection vers l’avenir (je suis plus libre de bouger si je le décide). Après, j’espère avoir proposé un peu de contenu personnel à ce sujet déblayé par d’autres… C’est pourquoi je vais continuer cette série ! :)

      Heureux d’avoir ton retour sur « less is more »… Sur 7 ans, tu as dû carrément clarifier ta vie !

      NB : à l’heure où j’écris ces lignes, seul le premier des deux sites de ta signature fonctionne.

  2. C’est un super article! Bien long avec beaucoup de contenu comme je les aime (et les photos… hum!)
    C’est amusant de lire ceci, je fais une phase de rangement de ce genre une fois tous les deux ans chez moi, en jetant 2 ou 3 cartons à la poubelle, et c’est incroyable le nombre de choses qui ne servent à rien que l’on garde sans le vouloir! Tout serait tellement plus simples si je les jetais dés le départ… mauvaise habitude paretale que je copie : mes parents gardent tous les cartons d’emballage de tout ce qu’ils achètent (au cas ou…)!

    • Matt dit :

      Merci pour tes commentaires !

      Oui, garder les emballages, et les tickets de caisses qui vont avec, c’est bien aussi… J’ai même croisé des gens qui gardent tous les tickets de caisse de leurs courses, histoire d’éviter de réfléchir pour savoir si dans le caddie il y avait un article susceptible d’être retourné (ce qui ne se passe d’ailleurs jamais). Dans leur tas de papiers informe, tu peux apprendre qu’ils ont acheté une tranche de brie le 12 mars 1982, c’est génial. :)

  3. Potdeflowers dit :

    C’est épatant cette idée.
    Et est ce que le dénommé Matt se ferait un plaisir de visiter mon humble appart pour me donner son avis ?
    (Entre parenthèse, j’ai un splendide pédalier à effets.)

    • Matt dit :

      Le coaching individuel « je viens chez vous et vous foutez votre intérieur à la benne »‘ n’est pas un produit encore tout à fait finalisé, mais je travaille sur sa grille tarifaire.

  4. Mais je suis sure que tu aurais des clients :)

  5. Ah bah je suis à fond d’ac !
    J’ai balancé un tas énorme de trucs dans les bacs du relais, pendant deux semaines j’y allais tous les matins. J’ai même balancé des chaussures d’il y a 10 ans, quand je les ai vues, j’ai cru qu’elles étaient pas à moi, comment j’aurais pu mettre ca ?!
    Depuis j’ai l’impression que j’ai vraiment réduit mon « empreinte matérielle », c’est plaisant de voir que ce qui nous appartient peut être rassemblé dans un petit volume.
    En fait, le gros de mes possessions est sous forme de titres (bourse), ca prend aucune place et c’est mobilisable à tout moment. Je trouve ca pratique.
    Là où j’ai plus de mal c’est avec les trucs « personnels », cadeaux comme tu dis mais surtout mes cours de collègue/lycée. Peut-être que dans x années, je serai nostalgique de relire tout ca. Et c’est pas des machins qu’on trouve en location ou qu’on rachète sur ebay.
     
    Je révise mon avis : il est top ton blog. Ca serait sympa d’avoir des archives, je suis pas sûr d’avoir parcouru tous les articles.

    • Matt dit :

      Sur le fait que tes possessions soient mobilisables à tout moment, je trouve aussi que c’est un avantage énorme. C’est une des raisons qui, au delà du calcul qui m’y pousse, m’amène à être locataire de ma résidence principale (tout en investissant dans le locatif…)

      Le coup des cours, je comprends tout à fait. Tout ce que je peux te dire, c’est que je ne crois pas une seule seconde qu’un jour tu te poses, prennes une semaine de ton temps et relises tes fautes d’orthographe dans un cours d’histoire-géo abscons. Tu en aimes l’idée car tu la mets en relation avec l’époque, ta jeunesse, tes potes d’alors, les premières filles que tu regardais avec des yeux de merlan frit. Mais tu ne retrouveras pas ça dans les « appliquez-vous un peu » que tu liras en commentaire de ton 12/20 obtenu en interro de bio d’un matin d’octobre en 4ème. Tu vas ouvrir ces classeurs, peut-être, mais 10 minutes max. Tant qu’à faire, je t’enjoins à briser le mythe maintenant : regarde tes archives durant une heure, tu décideras ensuite qu’en faire. L’heure en question sera probablement bien investie.

       

      En parlant d’archives, j’ai sur ta demande enrichi la sidebar de droite de quelques menus, histoire de faciliter l’accès aux autres billets du blog. :)

      Enfin, merci beaucoup pour tes encouragements ! Au passage, je me suis abonné à ton flux RSS, et il va falloir que je me plonge dans tes articles et que je te poses mes questions là-bas. Tes analyses m’intéressent beaucoup.

Laisser un commentaire à Julien | worldemotions

Annuler la réponse

Les champs marqués (*) sont requis.

Ici, seuls les humains commentent, pas les robots ! Merci de répondre à cette simple question : *

CommentLuv badge

© 2020 Acide Ici. Propulsé par WordPress. Editor Theme by AWESEM.

Retour en haut.