Acide Ici > Chroniques acides > Vie extérieure > Choisissez vos combats (ne soyez pas le justicier du feu rouge)

Choisissez vos combats (ne soyez pas le justicier du feu rouge)

Justicier du feu rouge

Puisqu'on vous dit qu'on ne passe pas au rouge

On ne peut pas tout faire. Non, ne cherchez pas, j’ai essayé pour vous, on ne peut pas. Le temps est limité. Le nombre d’heures dans une journée l’est, tout comme le nombre d’années que nous passons sur terre. Notre énergie aussi. On ne peut pas tout connaître, ni tout le monde. On ne peut pas accomplir à la fois tous les objectifs dont on pourrait rêver enfant, adolescent(e), adulte. Être bon dans tous les domaines. Vivre cent vies (comme dirait Goldman). Ecrire la 9ème de Beethoven, peindre la chapelle Sixtine et inventer la relativité générale. Et surtout, on ne peut pas mener tous les combats. Donc on ne le doit pas.

Non, n’insistez pas, ce n’est pas possible. Par voie de conséquence, il faut en choisir. Oui, choisir, c’est renoncer. Il vous faudra renoncer à certains combats, donc. Accepter de garder du temps et de l’énergie pour des choses utiles. Allez, cadeau : c’est l’heure de l’historiette du chef.

René, 82 ans, se lève mardi matin pour aller faire ses course. Il traverse au feu rouge sur un passage piétons. Arrivé à la moitié de la rue, un vélo passe lentement, loin de lui, loin de tout le monde, en grillant le feu piéton (ce n’est pas un croisement).

René hurle. « Et les feux rouges, c’est fait pour quoi ? !!!! » René a un message, un tort à redresser, une mission sur terre. Tandis qu’il se plante au milieu de la route pour vociférer ses reproches, le vélo continue tranquillement son chemin. René braille, agitant sa canne en l’air tel un sémaphore alors que le feu passe au vert et qu’il est en travers du chemin des voitures. « Cooooonnaaaard !!!!!! »

René est indigné, René est grand dans le combat ontologique qui lui fait défendre une cause juste et l’oppose au dernier des malotrus. René a le droit pour lui, il est du côté de la justice. Il va finir par traverser complètement (en évitant de se faire écraser ; les voitures peuvent attendre, il vient d’être témoin d’un sacrilège extra-ordinaire, tout de même).

Il peut à présent, drapé dans sa blessure, faire le tour de son boucher, boulanger et autre épicier en leur racontant à chacun par le menu l’outrage dont il fût à la fois le témoin impuissant, et quelque part la victime. En rentrant chez lui, il ne manquera pas de faire la tournée des voisins pour leur narrer son aventure. Dimanche, lorsque ses petits enfants viendront le voir, il leur détaillera la décadence de la société française, périclitant du fait de la perte des valeurs les plus élémentaires, perte démontrée par la péripétie que la fortune a mise sur son chemin mardi.

Rasséréné dans son nouveau rôle tel un Jeanne d’Arc urbain à qui le Très Haut aurait confié une mission unique, il ne manquera plus d’évangéliser les foules, se mettant en travers du chemin de celui voulant passer alors que ce n’est pas son tour, car il est devenu le justicier du feu rouge.

Et vous, que préférez-vous : sauter sur toutes les petites vieilles qui passent dont le chien fait pipi contre un lampadaire plutôt que dans le caniveau ? Tenter de convaincre tous ceux qui ne l’ont pas demandé de vos nouvelles convictions sur, sporadiquement, l’enrichissement personnel, la séduction, la nécessité de s’affranchir du travail salarié, l’utilisation des cercles sociaux, la réussite professionnelle ?

Ou préférez-vous avoir une vie ? Dire « oui , c’est sûr » d’un air distrait à un collègue venant de vous décocher un lieu commun que votre attitude de remise en cause par la réflexion des atavismes ambiants vous a démontré être la dernière des conneries, puis tourner les talons et vous employer à développer vos projets ?

Au risque de me répéter, je vous assène de nouveau le dicton qui m’a servi d’introduction :

Choisir, c’est renoncer

A peu près(1) André Gide, Les Nourritures terrestres (1897)

Cette citation est valable sur plusieurs pans de votre vie, dont les combats que vous menez.


(1) La citation exacte serait plutôt « … choisir, c’était renoncer pour toujours, pour jamais, à tout le reste et la quantité nombreuse de ce reste demeurait préférable à n’importe quelle unité. » Je vous laisse méditer sur les conséquences de l’absence de choix du fait de l’incapacité à la renonciation.

15 commentaires

  1. Livret A dit :

    Si à chaque chose qui pose problème, on doit s’arrêter alors on n’avancera plus. Tous les jours, il y a de quoi s’arrêter sur des vieux qui dérangent plusieurs personnes involontairement en essayant de raconter leur vie au guichet de la banque par exemple alors que les personnes derrière attendent etc… Enfin, c’est une situation que l’on retrouve un peu partout, et en France y’a rien à faire !

    • Matt dit :

      On ne peut pas redresser tous les torts, donc on ne le doit pas (mieux vaudrait se spécialiser dans un seul, à la limite). Et en prime, la conviction d’être celui qui a raison et qui doit évangéliser les foules est discutable. Ce placement en position de supériorité face au reste du monde est arbitraire.

      J’ai donné l’exemple du justicier du feu rouge, mais j’ai moi-même perdu un temps et une énergie considérable dans ma vie à tenter de « sauver » des gens qui ne le désirais pas, qui selon moi s’empêtraient dans des vies connes, au sein de laquelle ils ou elles étaient malheureux(ses) pour des raisons liées au travail, à l’argent, à la séduction, à la relation à deux, à leurs buts tracés par d’autres ou à l’absence de buts. Au final, tu as perdu du temps de vie, tu t’es épuisé, tu n’as rien changé, et en prime, régulièrement, les gens estiment qu’en fait tu aurais pu les aider mais que tu ne l’as pas vraiment fait : du coup, avant, ils étaient vaguement malheureux, mais maintenant, c’est de ta faute !

      C’est l’autre sens se cachant derrière « il faut choisir » ses combats.

      Enfin, il y a des gens qui se battent contre des moulins à vent, par exemple qui veulent changer l’organisation débile de leur entreprise, où ils sont en bas de l’échelle et qui compte des milliers d’employés. Là encore, il vaudrait le coup qu’ils choisissent mieux leurs combats…

  2. bob dit :

    oui, c’est vrai

  3. Joël dit :

    moi: « Je donne chaque mois, de l’argent à une oeuvre caritative. pour le moment, c’est médecin du monde »
    le con: « Ouai mais j’ai vu une émission à la télé, c’était envoy* sp*cial sur tf-one qui disait que les médecins, ils roulent dans des gros 4X4 et qu’ils garde tout l’argent pour eux sauf un petit peu pour les médicaments… »
    moi: « Je vois… et tu donnes de l’argent à qui alors? Aux SDF? à amnesty? à l’orphelinat du coin? à WWF? Greenpeace??? »
    le con: « Bah non », répondit-il juste avant le huitième pause clope de la journée qui a commencé il y a 3h.
     
    Ce n’est qu’un exemple, je suis persuadé qu’on est tous entourés de « justicier du feu rouge » car comme me le répète souvent un ami très cher, « on est toujours le con de quelqu’un d’autre » et j’ajouterais « on est toujours le justicier du feu rouge de quelqu’un d’autre ». J’aime à prétendre que « un con est une personne qui n’a pas les même valeurs fondamentales que les nous et qui nous le fait remarquer »… Quand on rencontre un « con » on aime bien en parler à quelqu’un qui est d’accord pour se sentir moins « con ».
     
    Matt, je sais que tu n’adhères pas mais Tim Ferris again!) dans « la semaine de 4h » (what else?) a écrit un chapitre sympa à ce sujet intitulé:
    Le bénévolat pour les bonnes raisons: sauver les baleines ou les tuer pour nourrir les enfants? – La moralité est l’attitude que nous adoptons à l’égard des personnes que nous ne pouvons pas sentir – Oscar WILDE

  4. Joël dit :

    Correction:
    « un con est une personne qui n’a pas les même valeurs fondamentales que nous et qui nous le fait remarquer »

  5. Bah, à chacun ses combats…
    C’est vrai que je le plains ce pauvre René: à 82 ans en principe on a fait la part des choses.
    Mais comme disait l’autre : « l’âge ne fait rien à l’affaire, quand on est….. » C’est le même qui à 20 ans rayait les carrosseries des 4×4 ( ou des tractions avant  ;-)   ) qui polluaient SA planète.
    PS: fonctionne pas ton commentLuv

  6. Take-Elite dit :

    Un autre bon exemple de justicier du feu rouge c’est l’association des non-fumeurs…
    Bon ok tu fumes pas mais t’es obligé de créer une association pour ça?
    C’est quoi le principe vous vous réunissez pour vous félicitez de ne pas fumer? Ou alors vous narguez  les fumeurs et/ou vous les forcez à devenir non-fumeur?
    Parfois sans même choisir on est forcé de renoncer! Je suis un passionné de sport auto, étant plus jeune je voulais en faire mon métier…mes moyens financiers m’ont empêché d’arriver à ce but, j’ai renoncer à cette passion par la force des choses et non par défaitisme, je vais parfois faire des tours de circuits dans des voitures qui valent mon appartement, je sais mieux conduire que la moyenne de la population mais jamais je ne pourrais être ce pilote que rêvait d’être l’ado que j’étais.
     
     
     

  7. René cherche peut être simplement à donner un sens à sa vie… Et à son age, il serait temps ! :-)

  8. Très belle leçon de vie! C’est très important.

  9. ingenium dit :

    J’aime beaucoup la photo des justiciers où l’avait vu trouvé ?

  10. ingenium dit :

    J’aime beaucoup la citation d’oscar wilde!! elle pourra vraiment me resservir!

Laisser un commentaire

Les champs marqués (*) sont requis.

Ici, seuls les humains commentent, pas les robots ! Merci de répondre à cette simple question : *

CommentLuv badge

© 2019 Acide Ici. Propulsé par WordPress. Editor Theme by AWESEM.

Retour en haut.