Acide Ici > Chroniques acides > Vie intérieure > Ca ira mieux demain – le Grand Secret de la procrastination

Ca ira mieux demain – le Grand Secret de la procrastination

Coup de pied au cul

Recevez gratuitement Le Manifeste pour l’accomplissement de votre vie

Remettre au lendemain...

Demain sera un autre jour…

Non, ne me dites pas que vous ne l’avez jamais fait, je ne vous croirai pas. « Ne jamais remettre au lendemain ce que vous pouvez faire le jour même » est gravé en lettres de feu au dessus de votre lit ? Vous ne pouvez pas vous remémorer une seule action – aisée, par dessus le marché – que vous auriez repoussée aux calendes grecques(1) contre toute analyse rationnelle pouvant émaner de vous-même, votre meilleur ami, votre grand-mère ou du chat du plombier ? Ah, bon, j’aime mieux ça. Bien, aujourd’hui, je voudrais travailler un peu, non pas à vous marteler un bien-pensant « oh là là attention faites bien la liste de ce que vous avez à faire et ne vous couchez pas sans l’avoir fait » qui n’apporte pas grand-chose à grand-monde (enfin, je l’écrirai peut-être un jour, mais alors ce sera mieux dit que ça :-) ), mais à analyser la cause du phénomène. Enfin, une cause qui selon moi est à la base de 90 % des « actes de procrastination »(2).

Démarrons sans ambages par la réponse au grand pourquoi. Sans la moindre once de modestie,  je vais honteusement procéder à une auto-citation :

La procrastination se cache généralement sous le masque du perfectionnisme

Diantre. Tout ça ? Oui, tout ça. Réfléchissons deux secondes. Quelle est cette force invisible qui vous cloue à votre chaise même alors que ce que vous avez à faire ne nécessite même pas que vous vous leviez(3) ? La flemme ? Ttt…  La non conscience de l’urgence ? Allons, allons, un peu de sérieux.  Si l’énergie vous manque, c’est que vous projetez un long et complexe trajets pour accomplir ce que vous avez décidé. Ce trajet est long et complexe car vous visez un résultat parfait, tout simplement. Et comme la perfection n’est pas de ce monde, ça vous laisse une bonne marge pour traîner. Prenons l’exemple d’un article de blog, histoire d’illustrer un brin le propos (je vous laisse en exercice l’analyse de toute autre situation d’utilité.) Avant d’écrire un premier article, que peut-on se dire ? « Il faut que la partie technique du blog soit nickel, donc que je lise tout le Codex WordPress, que j’apprenne le HTML, le PHP, le SQL, que j’expérimente et que ce soit parfait avant de commencer. Puis il me faut une plume. Je vais me relire la Comédie Humaine et A la Recherche du Temps Perdu, avaler quelques bibles d’études stylistiques et me trouver un coach littéraire. Ensuite, je ne peux pas me permettre de démarrer sans avoir fait le tour de tous les ouvrages traitant de la question de l’article que je vise, les avoir synthétisés et avoir été discuter du sujet avec des conférenciers. Puis il faut que je fasse le tour de toutes les ressources périphériques du net pour vérifier que mon texte est unique et singulier : quelle grande entreprise a déjà réussi un lancement sans veille concurrentielle ? »

Et à l’étonnement général, les bras vous en tombent, tandis que mollement vous êtes en train d’arpenter les pages de Google sur le sujet et de faire chauffer la carte bancaire su Amazon en commandant pour 57,2 kilos d’ouvrages indispensables. Vous êtes un théoricien, vous avez oublié tout pragmatisme.

Que s’est-il passé ? Vous avez à l’esprit une vision du processus qui vous coupe les pattes. Vous pensez « je travaille mon objectif, je le prépare, et j’obtiens un résultat parfait ». Ça marche encore mieux si le dit résultat est visible par d’autres, et que la pression de leur regard futur augmente le besoin chez vous de produire un chef-d’œuvre – cela sera d’autant plus vrai que les autres en question ne produisent rien eux-même, ce qui leur laissera toute latitude pour juger sans nuancer, méconnaissant qu’ils sont du processus que vous venez d’accomplir.

Mon but n’est pas de vous dire « foutez-vous du regard des autres » pas plus que « écrivez vos objectifs sur des post-it et tenez-vous y ». Ça, d’autres le font mieux que moi. Pour ma part, je préfère vous proposer un modèle alternatif(4). Lorsqu’on change de paradigme, c’est fou ce que le reste suit, bien plus efficacement que lorsque vous conservez l’ancien mais tentez de trouver des méthodes pour le combattre.

Donc actuellement, vous pensez

je me prépare longuement, je mets tous les atouts de mon côté, et je réalise quelque chose de top.

Comme ceci :

Procrastiner : le perfectionnisme

Procrastiner : le perfectionnisme



Je vous propose à la place le mécanisme mental suivant :

Je fais une première réalisation. Elle sera imparfaite, mais comme tous les bons marketteurs, je n’hésite pas à proposer un produit imparfait en laissant le marché me suggérer ses améliorations. Je sais que la perfection n’est pas un état mais un chemin. Ce ne sera pas l’unique œuvre ou réalisation de ma vie, mais comme tout écrivain, musicien, entrepreneur, sportif, étudiant, apprenti dragueur, magicien de salon, capoeiriste en roda ou brodeur au point de Beauvais, l’un de mes nombreux accomplissements, qui ne pourront que s’améliorer, d’autant que l’épreuve de la réalité ou l’échange avec les autres (et non leur regard) me donneront des pistes d’amélioration que je n’aurais pas trouvé seul.

Cela correspond donc plutôt à ce schéma :

Accomplir ses objectifs sans procrastiner : le pragmatisme

Accomplir ses objectifs sans procrastiner : le pragmatisme



Nous reviendrons dans de prochains articles sur la notion de théorisation et de pragmatisme.

Et vous, avez-vous vécu des situations dans lesquelles votre vision du monde correspondait au premier schéma (cela va de l’examen qu’on ne prépare pas avant d’avoir avalé toute la bibliothèque universitaire à l’apprentissage du piano que vous repoussez en attendant de trouver comment faire en sorte que le premier accord que vous jouerez sonne professionnel, en passant par votre premier semi-marathon que vous voudriez finir en tête) ? Cela vous a-t-il bloqué dans vos projets ?


(1) Par exemple, ne me demandez pas combien de fois j’ai repoussé l’écriture de cet article…

(2) L’autre grande cause, selon moi, est liée à la notion objective de fatigue et sera traitée dans un prochain billet. Une dernière est liée aux difficultés fantasmées, mais vous vous en doutez, je ne vais pas vous laisser comme ça, je la traiterai aussi.

(3) Faire vos comptes, mettre une petite annonce pour vendre toutes les cochonneries qui mangent votre espace vital et vous appauvrissent, appeler votre mère… (Bon, pour votre mère, c’est autre chose)

(4) Non, ce n’est pas parce que c’est alternatif que vous devez vous enfuir en courant, suivez le propos au lieu de faire des jeux de mots douteux.

25 commentaires

  1. amandine dit :

    Dire que l’on est perfectioniste n’est-ce pas plutôt se voiler la face et ne pas admettre l’on a peur de l’échec?
    Je pense que les gens qui ne se lancent jamais sous prétexte qu’ils ne maitrisent pas le sujet, n’ont en fait pas le courage d’admettre qu’ils peuvent échouer. Ils ne souhaitent pas sortir de leur petit nid.

  2. Matt dit :

    C’est une excellente manière de présenter la chose. La procrastination tout comme le perfectionnisme permettent de fantasmer une réussite totale sans confrontation à la réalité. Réalité qui aura du mal à égaler le rêve. Ceet évitement est naturellement de la peur à l’état brut.

    Grâce au perfectionnisme, on peut gâcher sa vie par peur de la gâcher : magnifique, non ? :)

    Matt a posté dernièrement Enrichissez-vous par le vide 2 – Comment

  3. Oui tout à fait d’accord avec toi ! Quand je parle de La tyrannie du jour Z, on se comprend !
    Par contre, et là je suis très étonné, je vois que tu fais dans le point de Beauvais ? Alors moi pas du tout, je suis plutôt dans le gros point de Venise. :D

    • Matt dit :

      Oui, c’est mon côté snob qui parle, pour Beauvais. On ne sera jamais amis. :)

      J’aime bien le côté « jour I » de ton article. En prime, trouver des blogueurs qui font des articles aussi déraisonnablement longs que moi, ça me rassure.

  4. Tu as raison ! C’est vraiment la broderie qui nous divise. :D

  5. jeblister dit :

    Merci pour cette démarche : « pragmatisme », je pense quelle rejoint les méthodes itératives (SCRUM entre autre) dans le développement logiciel.
    Ton article me pousse à finir le premier post de mon futur blog sur lequel je travail depuis une semaine.

    • Matt dit :

      Merci pour ton retour. Pour la petite histoire, je procrastinais moi aussi sur le lancement de mon blog, c’est pourquoi j’ai écrit mon premier article sur le sujet, ce qui m’a fait démarrer… C’était une sorte de méta-thérapie ! :)

      J’attends ton prochain commentaire sous trois jours pour nous dire que tu as publié ton premier article. Tu peux créer en vitesse un blog sous blogger, tu le migreras après. Pas de perfectionnisme, tu l’amélioreras au fil du temps ! Regarde tout ce qu’il me reste encore à faire sur l’interface… Pourtant, j’écris, et cette dernière évolue petit à petit. ;)

  6. Martin dit :

    Article sur la procrastination intéressant. J’ajouterai l’importance de se fixer des dates butoirs pour ne pas toujours repousser. Exemple: mon roman que je dois finir en 2010

    • Matt dit :

      Oui, je n’en ai pas mis quinze couches sur les dates, mais observe les « dates cibles » sur mes graphiques. :)

       

      Sinon, tu en es où de ton roman ? Je ne voudrais pas être le messager d’une mauvaise nouvelle, mais 2010 s’arrête dans une semaine, soit au max 140 heures de boulot… Je te souhaite de le plier d’ici-là ! Tiens-nous au courant.

  7. @Matt Ton commentaire sur la date butoir m’a bien fait rire ! Peut-être que Martin en est à la conclusion ? Plus surement, il a voulu dire 2011, je pense. ;)

  8. Laurent dit :

    Bonsoir,
    La prise de conscience d’un tel processus mental m’a sidéré. J’ai notamment apprécié les 2 graphiques qui explique parfaitement la démonstration.
    Je pense que j’en ais pour la soirée.
    En revanche, je cite « (2) L’autre grande cause, selon moi, est liée à la notion objective de fatigue et sera traitée dans un prochain billet. Une dernière est liée aux difficultés fantasmées, mais vous vous en doutez, je ne vais pas vous laisser comme ça, je la traiterai aussi. », après deux ans, est ce qu’il y a eu un billet d’ecrit sur ces 2 sujets ?
    Merci et à bientôt.

    • Matt dit :

      Bonjour Laurent, et merci pour ton commentaire. Quel plaisir, deux ans après, de lire une appréciation sur mon tout premier article , illustré par une photo prise avec mon téléphone après avoir collé des post-it sur mon calendrier au bureau !

      Je suis ravi si cela peut t’aider dans tes réflexions. le raisonnement et les graphiques, c’est du made in Acide ICi, je ne suis pas sûr que tu les retrouves autre part. :) Et merci de me mettre au pied du mur… Les thèmes que tu cites ont été traité au fil du blog, mais pas en lien avec le concept de procrastination, tu as tout à fait raison. J’ai donc un second opus à faire pour traiter ces sujets sous l’angle de la procrastination. Sachant que j’en ai un troisième à faire (depuis pas mal de mois, d’ailleurs…) sur la source de procrastination des gens comme moi… J’en prends donc bonne note !

      Merci à toi et à très bientôt.
      Matt a posté dernièrement La grenouille parabollique

      • Laurent dit :

        Bonsoir,
        Je n’avais pas vu que vous m’aviez répondu! Je pensais que l’on recevait un petit message sur sa boite postale électronique avec effet graphonique télécommandé! (Vive la modernitude…)
        Tombé par hasard sur votre blog, j’ai parcouru depuis une bonne dizaine de vos articles et il me faut du temps pour assimiler ces nouveaux concepts. Il m’arrive même de relire certains articles, car souvent on s’arrête sur les concepts que l’on connait et on fait l’impasse sur ce qui nous parait inconnu (par peur du changement ? Pourtant on m’avait promis, le changement c’est maintenant).
        Chaque article est une mine d’or et même si vous donnez de nombreuses pistes, ma soif ne semble pas s’étancher. (Et pourtant je suis plutôt du genre lourd sur la bouteille).
        Tout ce que je trouves sur votre blog est bougrement interessant, et je m’interroge maintenant sur mon propre parcours et sur ce qui pourrait motiver en moi une reflexion intellectuelle de cette qualité, pour provoquer le changement. Pourtant, à vous lire, il ne me semble pas que vous ayez une connaissance approfondie de tous les domaines mais plutôt qu’au fil de votre périple, le chevalier qui est en vous avance sur sa quête du septième sens, et donc que cela pourrait être à ma portée, aussi.(Autant demander si le poids atomique du cobalt fait 58,9…).
        A bientôt.

        • Matt dit :

          Bonjour,

          Mince, il n’y a pas d’abonnement aux commentaires lorsque vous commentez ? Flûte, il faut que je corrige ça ! Pas de blog antique chez moi ! :)

          Votre témoignage me fait extrêmement plaisir. Cela fait deux ans que je produis des articles, et lorsqu’on n’a rien à vendre (donc pas de chiffres de vente), il est difficile d’évaluer ce que pensent les lecteurs, sauf s’ils commentent. :) Merci beaucoup pour vos encouragements !

          Voici une proposition : pour vous, le changement, c’est maintenant ! ;) Si vous le souhaitez, dressez-moi une liste des thèmes que vous voudriez voir traiter dans cs pages, et je ferai mon possible pour écrire des articles sur ces sujets dans un délai raisonnable.

          Je suis en effet un autodidacte dans l’essentiel des domaines que j’aborde (il vaut mieux : l’école est souvent normative, or mon credo est de ne pas chercher à penser comme tout le monde…), comme vous peut-être ? toujours est-il que nous sommes d’accord sur le poids atomique du cobalt. ;)

          A bientôt,

          Matt
          Matt a posté dernièrement Nouvelle section « Des vies pas comme les autres » : interview d’Alban, ou les changements de vie expliqués à tous

          • Laurent dit :

            Bonjour,

            D’abord je dois m’excuser car d’habitude je suis concis (et pourtant athée) mais vous m’avez gentiment demandé de vous exposer les thèmes que je souhaiterais voir aborder et donc c’est avec plaisir malheureusement que je vous ai gentiment pondu un pavé de 3 mètre 50. Il doit y avoir une raison à cela il s’excuse et j’y reviendrai surement plus tard.
            Merci pour votre réponse. Dans le tout automatisé virtuel impersonnel de la toile, il est agréable de rencontrer quelqu’un qui prend le temps de partager son savoir, ne donnant ni dans le sensationnel ni dans le statut météo, en faisant attention aussi bien à la structure qu’à l’orthographe. Généralement lorsque ce dernier atteint ce stade sans effort, cela témoigne d’un gage de qualité. Pour ma part, je dois me relire plusieurs fois avant d’envoyer mes messages et d’ailleurs, je prends mon temps pour les écrire, ce que je fais maintenant.
            Vous m’avez demandé de vous exposer les thèmes que je souhaitais voir abordés et ce n’est pas tombé dans l’oreille d’une personne qui doit utiliser un cornet auto-alimenté par un procédé à réaction chimico-inducteur de courant électrique permettant l’amplification graphonique des signaux sonores extérieures qui généralement va de 4Khz à 5Khz dans le meilleur des cas. (Oui, un ami m’a fait la remarque qu’il parait que c’est mieux de le dire de cette façon poil au menton resserre moi un verre de cet excellent chianti)
            Après cette magnifique introduction qui aura passionnée l’assistance, allons directement au but de ce qui nous concerne.
            Ayant craqué dernièrement au bureau devant mon superbe écran cathodique noname de 15’’, je suis vraiment tombé par hasard sur votre blog. (mais le hasard existe t’il vraiment ?)
            J’ai lu les articles sur le bonheur et les relations humaines (comme des ronds dans l’eau), ce dernier m’ayant d’ailleurs mis un peu face à moi-même, plus que les précédents.
            Un constat qui me préoccupe depuis quelques années:
            L’amitié existe-t’elle vraiment en tant que notion juste et durable, ou bien est-elle arbitraire ? Et à contrario, l’amitié et l’amour étant deux entités très proches l’une de l’autre, ne sont elles pas voilées par des influences extérieures telles que l’argent, la publicité, le statut social, le blé, la voiture, la moto, le flouse, la télévision, le chéquier, etc ?
            (Comment ça je me répète ?)
            Si bien que la réponse d’autrui que l’on perçoit en retour soit mal interprété ?
            Qu’en est il des vraies valeurs ? Celles qui prônent la justice et l’égalité et tiens la fraternité aussi ? Il y a du noir et du blanc, et du gris aussi.
            En ce qui me concerne, je pense notamment à une relation amicale et à une autre amoureuse auxquelles j’ai du mettre fin pour cause de dysfonctionnement interne.
            Mais peut-être que moi-même je n’ai pas accordé assez de temps cérébral à la «bonne» résolution de ces problèmes.
            C’est pour cette raison, qu’un nouveau chapitre sur l’amitié, «Les aventuriers des amis perdus» façon indiana jones (et non pas le deuxième opus, le temple maudit, ça j’ai déjà donné) qui ferait suite à l’article sur le grand extérieur serait le bienvenu. (Et comment les retrouver aussi ses amis, leur faire signe, etc)
            D’ailleurs en prenant comme référence un documentaire dont la véracité hautement scientifique est incontestable, Shiryu dit à la minute 3:52 de l’épisode 80 du hurlement du loup des chevaliers du zodiaque (Vous voyez c’est incontestable), que ces derniers possèdent un bien plus précieux que tous les autres, l’amitié.
            (Pour un chevalier du zodiaque c’est vachement simple, ils ont Athena pour mettre tout le monde d’accord et qui sauve les chevaliers en question quand le scénariste a utilisé tous les super-pouvoirs qu’ils avaient en poche, et même la botte secrète apprise à l’épisode précédent pendant une fraction de seconde, bref même après qu’ils se soient démontés les uns les autres ils finissent toujours par faire copain-copain même dans la mort, je dois avouer que ça me fascine tiens resserre moi à mince la bouteille est vide).

            Ca c’était pour le premier thème, je vais quand même essayer d’être plus concis pour le second parce qu’autant pour lire un texte il nous faut 30 secondes montre en main, pour l’écrire c’est une autre paire de manche. (Cette expression est très rigolote mais n’essayez pas de croire que je change de chemise à chaque fois que je veux lire l’heure)
            Je serais extrêmement reconnaissant au fils du soleil (vous en l’occurrence, parce qu’il semble que vous venez de m’apporter la lumière) si il était possible d’avoir un article traitant de la fatigue physique et mentale et comment la gérer.
            Cela fait maintenant longtemps que je n’ai plus 20 ans et je pense que cela pourrait m’intéresser de vous lire sur ce sujet.
            La réponse à cette question pourrait être simple et je connais quelqu’un qui a plus de 50 ans en parfaite condition physique et mentale, parce que son job lui a permis et lui permet encore de se maintenir à un excellent niveau, mais comment faire quand on a un job qui maintient la personne derrière un bureau ?
            Effectivement, prenons un exemple parfaitement court que je vais exposer en plus de 10 minutes.
            Lorsque je commence un projet et que je me heurte à plusieurs obstacles, comment faire pour (re)-trouver la motivation pour vaincre mes ennemis que sont le doute et l’échec ?
            J’aurai bien un début de réponse, moi qui repart de zéro (enfin ça c’est mon constat à moi, j’ai plutôt tendance à regarder au fond de la bouteille, en plus en ce moment il m’est facile d’observer ce phénomène.)
            Effectivement j’ai commencé à changer mes habitudes.
            J’ai assisté à mon premier cours de yoga et je pratique la méditation qui soit dit en passant est très difficile moi qui ait tendance à penser à des choses négatives lorsque je ne fais rien.
            Cette technique de zen attitude qui au premier abord peut paraître futile, est en fait salvatrice, car elle permet de se mettre, premièrement en condition de se sentir bien en son fort intérieur, et deuxièmement, de poser calmement le pour et le contre.
            Je ne vais pas développer maintenant les bienfaits de la méditation, car j’aurai des dizaines d’exemple à rapporter mais la simple expression tourner 7 fois la langue dans sa bouche devrait vous mettre la puce à l’oreille.
            De plus, petit bienfait de la méditation, pour des raisons pratiques, celle-ci me permet de moins manger (mais pas de boire.)
            D’ailleurs petite astuce si ça vous intéresse, il est plus facile d’atteindre un haut niveau de méditation à l’aide d’un breuvage ancestrale que m’a donné mon prof de yoga dont la composition est à base de molécule R-OH (et en plus ça protège du gel).

            3eme thème : L’entrepeunariat.
            D’après ce que j’ai pu lire sur vous ces derniers jours il semble que vous ayez déjà fait vos premières armes dans ce domaine. (Je suis allé voir votre site concernant la mise à disposition de votre bien en tant que location touristique, excellent soit dit en passant.)
            Mais il ne me semble pas qu’il s’agisse de cela donc en fait que conseilleriez vous à un salarié qui n’a pas fait HEC, qui n’a pas vraiment de réseau, et qui est plutôt technique que commercial pour aborder la chose la plus simplement possible. Bref comment commencer à sortir de la bulle destructrice du statut du salarié? (Sachant que dans mon cas, il n’y a vraiment rien qui me retienne, ni femme, ni enfant)

            Voila et pour finir, je tiens à vous dire merci pour votre «cadeau» de bienvenu (Je devrais normalement vous dire plutôt que je vous «reconnais» comme dans l’expression «Je vous reconnais bien là mon ami», car si l’on appliquait à la lettre la définition du mot merci, peut-être aurions nous un tout autre comportement les uns envers les autres si bien que je n’utilise plus beaucoup ce mot.)
            Je le lis à chaque fois que cela ne va pas. (Généralement c’est le soir, et une bouteille traine souvent dans les parages)
            En ce moment c’est tous les jours, et cela m’enseigne l’humilité.

            J’aurai encore bien des choses à dire, à écrire, à partager mais c’est déjà un honneur que de pouvoir échanger avec vous, alors je préfère à la façon du tanker à vitesse de croisière engagée dire «en avant lente…» car ce qui compte au final (et c’est ce que j’ai compris en vous lisant la semaine dernière), ce n’est pas la finalité qui compte, mais la direction que l’on donne à ces actions.

            En attente de vous lire, salutation.

            • Matt dit :

              Bonjour Laurent,

              Merci pour ces commentaires fournis. :) Je vais essayer de vous répondre.

              Un approfondissement de la notion d’amitié est possible, bien entendu. Néanmoins, je ne voudrais pas faire de redite avec l’article que vous citez. Dans une vision « en cercles concentriques », les amis sont ceux qui sont dans le cercle le plus proche, ou disons le second si vous considérez le « cœur de la cible à fléchette » comme étant constitué de votre conjoint et de vos enfants. Partant de là, si vous avez respecté un minimum le temps de construction d’une relation et la réciprocité, les personnes placées dans ce cercle devraient être celles qui partagent pas mal de choses avec vous et vous sont d’une certaine loyauté, loin des considérations matérielles, qu’en pensez-vous ? D’où venaient les dysfonctionnements dot vous parlez ?

              La fatigue mentale, je la connais bien en ce moment même (depuis plusieurs semaines), et l’idéal est de savoir la repérer puis… De se reposer (ce sera dans 3 jours en ce qui me concerne). Je traiterai ça, à votre demande, lorsque je pondrai les deux volets qu’il me reste sous le coude au sujet de la procrastination. Pour l’aspect physique, le sport minimum, je l’avais plus ou moins traité lorsque j’expliquais (dans un article assez ancien, je vous le concède) que j’allais au bureau en vélo (15 bornes de côte le matin, autant le soir dans l’autre sens, depuis 3 ans). J’ai aussi toujours fait du sport sur l’heure du déjeuner. Bref, les solutions existent. Quant aux idées négatives durant la méditation, elles montrent certainement que vous n’êtes pas dans une bonne phase de votre vie, mais je peux vous suggérer de changer de pratique, pour voir : je parlerai bientôt, à l’occasion d’un interview, de sophrologie, que je pratique depuis peu (j’aime tester des choses) et qui pourrait vous convenir. Cet article devrait voir le jour au début janvier.

              N’ayez crainte, je suis un grand maître de l’utilisation du CH4-CH3-OH… ;)

              Quant à l’entrepreneuriat, j’ai commencé une section « business » et elle va continuer à s’étoffer, et même assez prochainement, donc votre désir devrait être comblé. :)
              Matt a posté dernièrement Nouvelle section « Des vies pas comme les autres » : interview d’Alban, ou les changements de vie expliqués à tous

            • Matt dit :

              Et votre appréciation du petit manifeste me touche beaucoup, à ce propos. :)
              Matt a posté dernièrement Booster votre business avec Google Adwords – Interview d’un expert

  9. Laurent dit :

    Bonjour,
    Impossible de vous envoyer un message via le formulaire de contact. (Serait-ce un blog antique ? :-D)
    J’espère que vous avez eu le temps de le lire mon dernier message.
    J’avais maintenant une question plutôt technique. J’ai parcouru maintenant bon nombre de vos articles et vous m’avez donné envie de commencer un blog. Effectivement, dans un de vos articles, vous nous poussez à créer un blog dans l’optique d’aller vers « le haut ». (Peut-être pas forcément un qui serait en ligne pour le moment, car c’est plus pour me motiver pour l’instant. Et en plus, il faut pouvoir avoir matière à écrire!)
    A un moment donné vous parlez de mutualisation de serveur, je cherche donc un moyen d’héberger le mien au prix le plus bas. (Je vous rassure, je ne vais pas vous demander d’ajouter mon blog au votre! :D )
    Donc mes question sont les suivantes, quelle plateforme utilisez vous, avez vous payé pour mettre en ligne votre blog ? Est ce que vous avez un serveur personnel sur le lequel vous l’ hebergez ?
    (Sans être désagréable, on sent quand même que c’est du fait maison, car la connexion au blog est vraiment lente! :D C’est pour cette raison que je préfère ouvrir un deuxième onglet pendant ce temps je peux relire l’ancien article.)
    Quel conseil me donneriez vous pour démarrer le mien ?
    J’ai pas mal de temps à perdre en ce moment, et j’ai commencé à « m’enrichir par le vide »! ;-)
    Sans être vulgaire, et tout en restant dans un langage très puritain, j’ai envie de dire « Puritain! Quel bonheur! »
    Merci. Un coup de pied au cul de temps en temps, ça fait pas de mal. ;-)
    Si vous le souhaitez vous pouvez me répondre par mail.
    A bientôt,
    Laurent

  10. Matt dit :

    Mince, je pensais qu’il fonctionnait, ce formulaire… :/

    J’ai en effet un serveur mutualisé chez OVH (je le paye, donc, en effet.) J’impute la lenteur actuelle du blog à un plugin, mais j’en ai déjà désactivé pas mal sans améliorer notablement les perfs. Autre possibilité : chercher du côté du thème.

    Le conseil de base pour démarrer un blog :
    – souscrire à un hébergement mutualisé (OVH ou autre), éventuellement avec un nom de domaine,
    – installer WordPress, laisser le thème par défaut,
    – cliquer sur ajouter un article,
    – taper,
    – ne pas s’arrêter avant que le premier article ne soit fini,
    – relire,
    – cliquer sur « Publier »,
    – après, on en recause ! :)

    Temps estimé : aller, trois heures tout compris.

    Si c’est trop compliqué : créer un blog gratuit sur blogger ou autre en trois clics, puis taper et publier.

    Tenez-nous au courant ! :)

    NB : faire le vide, c’est super, perdre du temps, ressource irremplaçable, c’est très mal… ;)
    Matt a posté dernièrement La grenouille parabollique

    • Laurent dit :

      Bonsoir,
      Merci, avec tous les renseignements que vous m’avez donnés j’ai déjà de quoi faire!
      J’ai commencé à chercher un peu à droite et à gauche sur le net et il y a une multitude façon de faire. Je suis d’ailleurs sur une piste interessante.
      Je vous tiens au courant pour ça et sinon je vous reponds par mail pour les reponses aux questions que vous avez eu la gentillesse de poser. :-)
      Laurent

Laisser un commentaire

Les champs marqués (*) sont requis.

Ici, seuls les humains commentent, pas les robots ! Merci de répondre à cette simple question : *

CommentLuv badge

© 2017 Acide Ici. Propulsé par WordPress. Editor Theme by AWESEM.

Retour en haut.