Acide Ici > Chroniques acides > Vie extérieure > Le nerf de la guerre > Les arcanes de l’indépendance financière 3 – obtenir l’argent

Les arcanes de l’indépendance financière 3 – obtenir l’argent

obtenir l'argentA présent que vous avez accepté le concept d’argent et que vous voulez en avoir, examinons le bases de son obtention. Nous avons déjà vu que le salaire ne constitue pas la voie royale de l’enrichissement. Pour reprendre les concepts de Robert Kyosaki (dont je vous avais parlé à propos de Rich Dad, Poor DadPère Riche, Père Pauvre), la richesse vient du fait que vous dépensez moins dans ce qui vous coûte et plus dans ce qui va vous rapporter (bref, vous investissez dans votre futur). On ne va pas s’attarder aujourd’hui sur ce qui vous coûte et combien ça coûte, il y a pas mal d’article en perspective là-dessus (on a déjà parlé de la voiture et de la télé, il reste entre autres à s’attaquer à la résidence principale…), on ne va brosser le tableau général que de ce qui rapporte.

A ma connaissance, il existe 4 grands axes d’enrichissement. Enfin, 4 légaux. En effet, si le trafic de drogue et le proxénétisme peuvent s’apparenter à du commerce et le délit d’initié à de la finance, le braquage de banque, en revanche, peine à s’insérer dans une catégorie ordinaire. Les 4 axes en question sont donc :

  • L’immobilier
  • La finance
  • L’entrepreneuriat
  • La création de produits intellectuels ou artistiques

En général, dans les blogs concernant l’enrichissement, le quatrième axe n’est pas cité (alors que c’est celui que tentent de monétiser les auteurs des blogs en question, notez-bien). Le mélange des dits axes n’est pas non plus abordé. Enfin, et je dirais même surtout, ils ne sont pas hiérarchisés. Or ils n’ont pas tous la même fonction, ne se « valent » pas.

  • L’investissement dans l’immobilier permet de faire un levier. Le but est d’emprunter à un taux (immobilier, donc intéressant, la banque sachant quoi saisir en cas de problème, le risque en étant diminué) inférieur au taux de rentabilité escompté. Si votre dossier est bien monté (ne passez pas pour des rigolos, il s’agit de monter de plusieurs crans), votre banquier vous suivra. Vous n’avez pas à y investir un sou de vos deniers personnels (en pratique, vous risquez de réussir à faire passer les travaux, mais peut-être pas les frais de notaire sur vos premiers investissements).
  • L’entrepreneuriat et la création de produits culturels et artistiques sont des créations de richesse. Vous produisez, plus ou moins ex-nihilo, quelque chose qui a une valeur marchande (un service, un bien, une musique, un écrit…) Dans certains cas, cette production peut s’effectuer avec un investissement financier quasi-nul (écriture d’un e-book, par exemple, proposition de votre savoir-faire…) On ne saurait en dire autant de l’investissement en temps, bien entendu.
  • Dans le cas de la finance – en très gros, investir de l’argent sur des produits issus de la bourse – vous n’avez en général ni l’un ni l’autre. Contrairement à un professionnel, un particulier n’a pas le droit de chercher à faire levier en empruntant pour acheter des actions, par exemple (le forex contredit un peu ce que j’affirme, mais ce n’est pas selon moi une technique d’investissement.) C’est d’ailleurs probablement une bonne chose. Vous pouvez péniblement effectuer des emprunts (au taux CID, crédit d’investissement divers, pas au taux immobilier…) sur des obligations, mais ce n’est pas un très bon coup. Il est interdit d’emprunter pour garnir une assurance-vie. Et quelques soient vos puissantes réflexion pour améliorer la productivité de France Télécom, ce n’est pas en achetant une de leurs actions que vous aller prendre le contrôle de la boîte pour lancer le produit qui tue, donc pas de création de richesse. Selon moi, la finance vient en dernier dans les investissements. Vous y mettez ce qui dépasse, et vos revenus des autres activités (puisque vos investissez peu d’argent dans l’immobilier mais demandez à la banque de le faire, si votre entrepreneuriat ne nécessite qu’une partie de l’argent prêt à être mis au travail, le reste va naturellement dans la finance.)

Par ailleurs, il y a deux manières au moins de faire travailler votre argent. Il va

  • Vous procurer un revenu,
  • ou diminuer votre imposition.

Évidemment, là encore la mixité d’action existe. Du coup, méfiez-vous des vendeurs de baraka, ceux qui possèdent des solutions qui vont à tout le monde, quel que soit votre imposition, vos revenus, vos projets, votre situation. Si vous voulez sortir du lot, vous n’y arriverez pas en suivant la foule, ça se tient, non ? Ah, vous avez acheté du Scellier à un vendeur de pack opaque en pensant faire un coup ? Dommage…

N’oubliez jamais le fisc dans vos réflexion. Jouez dans les règles, mais gardez la maîtrise. Ce sont les amateurs qui vont tenter de gratter quelques euros au black. Et qui n’auront aucun vrai bilan pour convaincre leur banquier d’effectuer un vrai investissement. Au contraire, vous devez être clean, mais bien connaître les règles. Car si vous agissez au lieu de subir, le fisc peut être utilisé de manière très intéressante. En toute légalité. Pensez-vous que les riches fasse un peu de black dans un coin et dorment en tremblant d’être redressés ? Non, et lorsqu’ils s’en débrouille bien, il ne payent même pas d’impôts, pour ainsi dire. Je vous parlerai de la manière de s’organiser sur un domaine que je connais, lié à la location meublée.

Chaque axe d’action se décline de beaucoup de manière. L’immobilier se loue nu ou meublé, ce dernier statut pouvant se révéler très intéressant si vous générez des rentrées globales d’argent vous rendant bien imposable ; cette location meublée pouvant être à long terme ou bien touristique (c’est un des créneaux sur lesquels j’opère déjà.) D’autres produits peuvent être acquis, comme les parkings, qui peuvent se révéler intéressant – je suis sur le coup, pour ma part. L’entrepreneuriat est un sujet vaste, la production de matériel intellectuel ou artistique aussi. Quant à la finance… Constitution d’un portefeuille d’action, d’obligation, produits funky dans l’enveloppe fiscale de l’assurance-vie, il existe pas mal de chose à apprendre. Eh oui, il faut apprendre toute votre vie, c’est ce qui vous différenciera de la masse.

Nous parlerons de certains de ces domaines, ceux que je connais et ceux que j’examine. Certains blogueurs sont spécialistes de domaines que je commence à peine à explorer, j’essaierai de vous proposer des tours d’horizon des gens à suivre. Mais je voulais attirer votre attention sur le fait qu’il existe des domaines qui traversent plusieurs catégories, pouvant cumuler divers avantages. Voici trois exemples que je connais.

Primo, le bloging monétisé  (bon, OK, ce blog ne l’est pas encore, mais disons que je me suis informé). Un bon blog procède de la création intellectuelle et/ou artistique, c’est qu’il propose à son public. Mais en soit, la monétisation passe aussi par la publicité, l’affiliation, et même dans le cas de la production d’une œuvre propre (e-book, musique, coaching, offres mixtes…) vendue via votre blog, il vous reste la gestion du marketing, des contacts et partenariat, bref, de votre entreprise, contrairement à la proposition de votre manuscrit à un éditeur, de votre maquette à un producteur ou de vos toiles à une gallerie.

Autre exemple : dans mon cas, la location meublée est un mix d’immobilier, évidemment, et d’entrepreneuriat, avec de la relation clients, du marketing incluant des opérations ponctuelles, du partenariat, de la création d’une palette de documents, la constitution d’une base clients qualifiée avec suivi… Ce qui est très différent de la mise en location d’un appartement à Paris. Je serai d’ailleurs probablement amené à constituer une EURL pour la gestion de la chose si j’investis dans d’autres projets, afin d’être dans la meilleure forme fiscale possible.

Dernier exemple, mon prochain coup, imminent : l’achat de parts de SCPI. C’est clairement de l’immobilier, d’ailleurs ce sera financé par un prêt de ce type. Mais on bénéficie aussi complètement d’un système de type financier (d’ailleurs on ne touche pas par ce biais des « loyers » mais des « dividendes ».) Je vous ferai un article une fois la transaction effectuée pour vous en parler. La pierre-papier est un axe mixte qui vous permet de bénéficier de l’immobilier en affichant la passivité de gestion d’un possesseur d’actions.

Je vous résume quelques idées d’activités sur le graphe suivant, plaçant arbitrairement les 4 axes que j’évoquais. Le blog monétisé porte par exemple plus ou moins d’intellect, et plus ou moins d’entrepreneuriat, selon l’orientation de son auteur. Une vente d’objets, mise en exemple, constitue de l’entrepreneuriat pur. La location touristique est toujours fortement immobilier, et contient plus ou moins d’entrepreneuriat selon ce que vous en faites, etc.

Alors, pour une vie moins asservie par la nécessité d’un salaire, vous démarrez quels projets ?

http://my-place-in-paris.com/

8 commentaires

  1. Joël dit :

    Cette année, j’ai pu me lancer dans tous les piliers de la richesses, en même temps. C’est ma manière de me diversifier. Je me suis formé dans un maximum de domaines jusqu’au mois de juin et puis « let-s go »:
    – Optimisation de mon business : création de sites et services web (je faisais ça au petit bonheur la chance depuis 2 ans)
    – Achat d’un immeuble de 3 appartements et 2 rez commerciaux qui, s’il m’a couté moins de 400euros au total, me rapportera plus de 500€ chaque mois (divisé par 2, je suis associé).
    – Constitution d’un portefeuille d’actions façon Joël Greenblatt
    – Mon blog (qui m’a rapporté moins d’un euro pour l’instant) et la rédaction d’un guide qui sera bientôt mis à disposition du monde entier.
    Donc, tu l’auras compris, je n’ai fait que planter les graines jusqu’à maintenant. Je me dis qu’il suffit qu’une seule de ces affaires fonctionne, chacune ayant très haut potentiel, pour faire un grand pas vers liberté financière. Je pense que le passage à l’acte dans chaque domaine fut l’étape la plus pénible mais aussi la plus enrichissante et la plus gratifiante sans compter le gain de confiance en soi, trop souvent malmenée dans le monde de l’emploi.
    Dans tous les cas, j’ai commencé par lire, comprendre, discuter, apprendre, écouter, trier les infos,…

    • Matt dit :

      « je n’ai fait que planter les graines jusqu’à maintenant. Je me dis qu’il suffit qu’une seule de ces affaires fonctionne, chacune ayant très haut potentiel, pour faire un grand pas vers liberté financière »

      Exactement ma philosophie actuelle ! J’ai un appart qui tourne fort en location touristique, j’en cherche un autre, je cherche aussi une place de parking (j’en examine une de près), je suis sur le point de lever 100 k€ pour acheter des parts de SCPI (j’ai l’accord du banquier, je suis sur le dossier), j’ai un début de portefeuille d’actions, j’ai trouvé un conseiller financier avec qui je vais faire des placements intéressants, et j’ai tissé des partenariats importants (objet d’un article écrit en attente de publication, car ce pourrait être un article invité…)

      Sans oublier ce blog, qui ne m’a strictement rien rapporté pour l’heure. Je n’ai pas de pub et n’ai même pas encore jugé bon d’investir dans Aweber. Mais je me dis que si je développe un petit lectorat régulier, je pourrai m’investir dans la création de produits de qualité et les proposer, donc devenir quelque part blogueur professionnel, même sur des montants modestes, s’ils sont réguliers.

      Bref, comme toi, j’ai pris quelques mois pour apprendre des bases, et à présent j’apprends sur du concret : je plante ! Mon objectif est clair : pouvoir me passer d’emploi salarié sous 10 ans. Et j’y crois très fort. :)

  2. Jenepy dit :

    Pour obtenir un crédit dans une banque, pour de l’immobilier, en plus d’avoir un dossier béton, il faut aussi le bon âge. Vingt-deux ans (mon âge), c’est trop jeune… Ce n’est pourtant pas l’envie qui manque ni le bon projet. Car le projet en question tourne déjà mais sans bâtiment.
    Je vais donc apprendre à être patient pour relancer ma demande de prêt mais garder un oeil sur ce blog qui est très passionnant !

    • Matt dit :

      Merci pour ton intérêt pour Ce blog ! :)

      Dis-moi, sans brutalité dans mes propos, c’est un retour d’expérience après avoir monté un vrai putain de dossier en béton armé sur un bien intéressant avec un professionnel certifiant la valeur locative du bien tout ça tout ça, et t’être fait claquer la porte au nez par 10 banques, ou c’est une idée que tu as en tête, que tu nous livres là ?

  3. Martin dit :

    Je continue de développer mes sites et blogs… Par ailleurs, un ami a acheté un parking à seulement 5000€ et compte louer la place 50€/mois. Je vous laisse faire le calcul de ROI. Certes, c’est faible – pour celui qui gagne 1500€/mois, tout juste 3% de revenus en plus – mais c’est facile.
    Je compte faire ca. Si j’achète 1 place de parking a ce prix tous les ans en guise d’investissement, puis un studio des que j’ai un CDI, le surcout étant financé par mes sites Internet ca peut être intéressant…
     
    Le but: le jour ou je voudrais avoir des gosses (disons 30 ans), avoir l’équivalent de 60 000 à 100 000€ minimum de capital de départ (parking et studio) Sous peu que ma femme fasse de même, cela me permettra d’être propriétaire d’une maison  (allez 35 dans le pire des cas), et de continuer à voyager même avec des gamins car mes remboursement immo seront ridicule.
    Imaginons que j’emprunte 50K sur 3 ans le jour ou je voudrais acheter une maison, après 3 années un peu sévères, fini le remboursement. Par rapport à celui qui rembourse 1K de crédit immo par mois, cela fait 12K pouvant être réinvestis, dépensé en vacances…
     
    pour que je puisse acheter

    • Matt dit :

      Hello ! Oui, c’est le même type de ROI que je cherche sur les parkings, même si je vise plus le 15 000 €à l’achat et le 150 à la location. L’endroit est aussi important pour le potentiel de gain à la revente ultérieure. Pour ma part, je ne cherche pas pour l’instant de revenu supplémentaire, je veux juste que l’opération soit blanche. Par contre, lorsque je déciderai de me constituer des revenus, quelques bonnes reventes de parkings et d’apparts et hop, on solde d’autres crédits, de biens qui du coup se mettent à rapporter.

      Là où je ne suis pas le même plan que toi, c’est sur l’achat de ma résidence principale, mais il faudra que je développe ça dans un article. :)

      Par curiosité, tu monétise bien ton site candix.fr ?

  4. Martin dit :

    Belle photo sinon je kiffe – tu les prends toi même matt?
     
    Le parking de mon ami est au centre de Clermont-Ferrand, il a soigneusement étudié la demande avant d’acheter… Lui son but je pense c’est de placer, s’enrichir un peu. Il gagne pas des masses – 1 800 nets par mois – mais il est célibataire donc il peut se permettre d’investir un peu…
    Moi même si j’investis un peu plus de la moitié de mes revenus web, je peux acheter une place de parking à 50€/mois de rendement. Mais bon en bossant sur les sites, j’obtiens de meilleurs retours, donc les investissements seront essentiellement sur le web en ce moment…
    Sinon je ne monétise pas encore candix.fr, il n’y a aucune pub. J’attends un peu son rythme de croisière – idéalement >100 visiteurs/uniques – pour le monétiser.

  5. Les infos présentées sont pertinentes et intéressantes. Cet article est pas mal du tout, cela permet d’y voir un peu plus clair car le sujet est finalement moins évident qu’il n’y parait. Pas facile d’acquérir une pleine indépendance financière de nos jours.
    Valentin Pringuay / Presse-citron.net

Laisser un commentaire

Les champs marqués (*) sont requis.

Ici, seuls les humains commentent, pas les robots ! Merci de répondre à cette simple question : *

CommentLuv badge

© 2020 Acide Ici. Propulsé par WordPress. Editor Theme by AWESEM.

Retour en haut.