Acide Ici > Chroniques acides > Le grand extérieur > Blogosphère > Un blog sans Antoine

Un blog sans Antoine

Voici le premier article de la thématique « Le Grand Extérieur », dont le but est de décoller le nez de ce fabuleux blog qui vous scotche au plafond ou à votre chaise, selon vos dons acrobatiques, pour vous faire poser un œil torve et plus encore suspicieux sur le monde qui nous entoure, que ce soit par les livres, les concepts « dans l’air du temps » (oui, moi aussi je peux faire du journalisme), ou sur ce que l’on appelle pompeusement la blogosphère, qui se trouve être l’ensemble approximatifs des sites dans la mouvance aliénante du 2.0 qui, comme celui que vous êtes en train de lire, inondent les câbles réseaux de leur apparence d’information et de réflexion sur, sporadiquement, la vie, l’amour, les vaches. Et tant qu’à commencer, démarrons en fanfare : je vais vous présenter un parfait trublion incorrect – et pas que politiquement parlant – et peu sortable.

Cet être très étrange pense que San Antonio, loin d’être un personnage de roman, possède une existence dans la réalité tangible, l’assimilant probablement à son truculent auteur Frédérique Dard le bien patronymé. Pire, il demeure convaincu que ce dernier n’est pas mort, confirmant par ce déni criant de la vérité historique les soupçons de paranoïa aigüe que lecture de la moindre de ses lignes ne manquait de laisser deviner.

Néanmoins, et quitte à instiller en vous des suspicions d’incohérence quant à ma pensée, je vous invite à suivre ce râleur au verbiage intarissable, ce relayeur de protestations variées voire avariées, ce blagueur tellement en dessous de la ceinture que sa prochaine vanne pourrait concerner le bitume, qui dans son délire sauve la mise par sa immense culture San Antoniesque, qui ne peut en aucun cas être l’œuvre d’une personne absolument, totalement et foncièrement mauvaise.

La mauvaise humeur de Michel (car il faut bien qu’il ait un prénom), ses satires politiques et ses railleries de la médiocrité quotidienne que nous donne à constater sans vergogne les média qui connaissent si bien vos dérives voyeuristes, sont à lire sur San Antonio est vivant.

Attention, mettez un gilet pare-balles avant d’aller mettre le dawa chez lui…

2 commentaires

  1. Yazo dit :

    Bien sur on pourra toujours la retrouver par nous même avec une recherche google, mais mettre un lien direct d’un blog que l’on recommande sur un article entier n’est peut-être pas trop demander… non? :)

    • Matt dit :

      Mince, ça s’est vu…

       

      En fait, au moment où j’ai écrit, j’ai bien entendu mis les liens vers le blog, ainsi qu’inclus dans ma blogroll. Mais récemment, mon broken links checker m’a informé que les dits liens étaient cassés… J’ai un peu attendu, mais je ne revois pas exister ce sympathique blog. Ne sachant que faire, j’ai retiré les liens (Google n’étant pas fan des liens cassés) en laissant l’article, histoire de rétablir ça si la situation évoluait sans pour autant que ça ne produise dans les flux un nouveau billet. Voilà ! :)

Laisser un commentaire

Les champs marqués (*) sont requis.

Ici, seuls les humains commentent, pas les robots ! Merci de répondre à cette simple question : *

CommentLuv badge

© 2020 Acide Ici. Propulsé par WordPress. Editor Theme by AWESEM.

Retour en haut.