Acide Ici > Chroniques acides > Le grand extérieur > Bouquiner > Les petits galets – Chronique du livre

Les petits galets – Chronique du livre

J’ai eu la joie d’être contacté par Gil Wozelka, qui m’a envoyé par la poste son livre Les petits galets afin que je puisse vous en parler, bande de veinards.

Gilles Wozelka est un profil atypique dans l’édition de développement personnel (vous savez ce que je pense des gourous mainstream de ce domaine, c’est donc un bon point pour Gilles). Il s’agit en effet d’un ingénieur de formation ayant fini du côté obscur des ressources humaines, et qui semble vouer un intérêt pour l’écriture depuis belle lurette. Le court roman dont je vous parle a été édité chez Elixir éditions, spécialisé dans le domaine, qui l’a poussé à transformer cet ouvrage en premier tome d’une trilogie. Une prise d’élan, somme toute.

Cliquez sur le lien pour accéder directement à chaque section

Une petite larme

Le cadre étant posé, attaquons-nous au livre. Attaquons-le même carrément de front : c’est l’histoire d’un homme qui rend visite à des enfants hospitalisés pour des maladies en général incurable (il hante le pavillon des stades terminaux pédiatriques, quoi) et qui va guider l’un de ces marmots – à qui il se sera concomitamment attaché plus que de raison, et ce en un « temps investit » relativement faible – sur le chemin des quelques règles fondamentales du bonheur. D’où l’étonnement que je lis poindre dans vos yeux : « comment, sur ce blog, on s’attarde sur des ouvrages gentillets et bien pensants destiner à faire pleurer Margot dans les chaumières, à présent ? »

Oui et non.

Oui, il est vrai qu’au premier coup d’œil, ça y ressemble. Notez que le fait qu’un propos semble simple ne suffit en rien à le rendre fallacieux (souvenez-vous de la vérité de l’idiot), je dirais même plutôt que ce qui est profondément compris devient toujours simple mais peut rester subtile ; « compliqué », c’est un gros mot. :)

Une lecture qui fait du bien

Mais non, ce n’est pas un livre à mépriser. Ce qui m’a plu dans celui-ci, tout d’abord, c’est qu’il dégage une certaine poésie. Ce qui ne fait que rarement de mal. L’écriture en est simple (l’auteur n’est pas un adepte des phrases de deux cents quatre-vingt quatre mots comme votre serviteur) et n’en délivre son message qu’avec plus d’efficacité. Simple mais pas simpliste, là encore, même si une ou deux acrobaties de langue française m’auraient, pour tout dire, assez plu, justement pour donner un peu d’élan à l’ensemble.

Mais en fait, le style d’écriture de l’ouvrage, en accord avec le message délivré (comme par exemple l’injonction de vivre le moment présent) est très exactement donnée par son titre, Les petits galets, sans que je sache si c’est un clin d’œil volontaire ou inconscient : en ouvrant ce bouquin, en effet, vous souscrivez d’emblée, pour le temps de la lecture à tout le moins, à l’esthétique Zen(1).

Bien entendu, les quelques conseils que vous trouverez à glaner dans ce livre ne sont ni spécialement originaux, ni spécialement révolutionnaire (il n’y a pas tant de choses absolument originales sur cette planète). Mais au moins, ils sont délivrés de manière personnelle. Et qui peut toucher votre sensibilité, ce qui demeure encore le meilleur moyen pour que vous incorporiez les préceptes exposés dans votre vie quotidienne. Et puis, lorsqu’on lit une histoire, on ne s’attache pas dès l’ouverture de la reliure à savoir si on va y trouver une méthode avec application pratique immédiate – sauf si l’on s’attaque aux « blogging pour les nuls », bien sûr.

Et puis, quelque part, c’est une bouffée d’optimisme, cette histoire. Peut-être trop gentille pour certain, mais seul Orangina orange sanguine peut se permettre d’être méchant tout le temps.

Adoptez un galet

En bref, je vous recommande ce livre comme un moment positif et émouvant à vous offrir entre deux tâches capitales (répondre à un spam et actualiser votre statut Facebook, par exemple). Et si vous êtes comme moi, il est possible que vous ayez envie de connaître la « prequel » que nous prépare l’auteur, histoire de fouiller un peu les personnages qu’il nous met en scène.

Allons, ne boudez pas votre plaisir !


(1) Ah, tiens, cette phrase ne faisait que 70 mots, je suis en progrès.

1 commentaire

  1. Matt dit :

    Suite à un bug lié au changement de thème, qui entrait en conflit avec une extension de ce blog, les commentaires étaient impossibles depuis quelques jours. Ceci est réparé, vous pouvez donc de nouveau participer ! :)
    Matt a posté dernièrement Vendons un frigo à des Esquimaux

Laisser un commentaire

Les champs marqués (*) sont requis.

Ici, seuls les humains commentent, pas les robots ! Merci de répondre à cette simple question : *

CommentLuv badge

© 2019 Acide Ici. Propulsé par WordPress. Editor Theme by AWESEM.

Retour en haut.